Bienvenue sur euro-énergie, le portail de toutes les énergies

euro-énergie, le portail de toutes les énergies : énergie nucléaire, électricité, énergie fossile (pétrole, gaz...), énergies renouvelables, énergies alternatives...
PUBLICITE SUR EURO-ENERGIE Publicité      CONTACT Contact      PLAN DU SITE EURO-ENERGIE Plan
 
 
accueil news       toutes les news   

déc.
07
2015
Redémarrage des réacteurs belges Doel 3 et Tihange 2

Le 17 novembre 2015, l'Autorité de sûreté belge, l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), a autorisé l'exploitant Electrabel à redémarrer les réacteurs Doel 3 et Tihange 2. Ces deux réacteurs étaient à l’arrêt après la découverte de défauts dans leur cuve.

Les défauts détectés en 2012 dans le matériau des cuves ont été caractérisés comme étant des défauts dus à l’hydrogène. De tels défauts peuvent apparaître dans les pièces forgées lors de leur refroidissement lorsque le dégazage par traitement thermique après le forgeage ne permet pas d’éliminer suffisamment l’hydrogène présent dans l’acier.

Depuis 2012, Electrabel a transmis à l’AFCN un ensemble de dossiers portant sur la détection et la caractérisation de ces défauts, leur possible évolution, leur impact sur les caractéristiques mécaniques du matériau de la cuve ainsi que sur leur nocivité en conditions de fonctionnement normales et accidentelles.

L’AFCN a analysé ces dossiers en faisant notamment appel à des experts internationaux, dont l’IRSN.

L’IRSN note le travail important effectué par l’autorité de sûreté belge et ses appuis techniques, notamment BEL V, membre de l’Association Européenne des organismes scientifiques et techniques de sûreté nucléaire (ETSON), pour motiver cette autorisation.

L’IRSN relève que les travaux menés par Electrabel ont permis de conclure à l’absence de nocivité des défauts affectant les cuves des réacteurs Doel 3 et Tihange 2. Cette conclusion n’appelle pas de commentaire de l’IRSN en l’état des éléments dont il dispose. L’institut estime en tout état de cause satisfaisant le renforcement des contrôles en service des cuves pour s’assurer de l’absence d’évolution des défauts présents. Il est en effet prévu un contrôle par ultrasons des cuves lors du premier arrêt pour rechargement puis au moins tous les trois ans.

L’IRSN rappelle qu’après la découverte de défauts sur les cuves belges, un procédé de contrôle similaire a été mis en œuvre sur un certain nombre de cuves en France pour confirmer l’absence de défauts du même type.

A propos de l'IRSN

L’IRSN a été créé par l’article 5 de la loi n°2001-398 du 9 mai 2001 et son fonctionnement a été précisé par le décret n°2002-254 du 22 février 2002.
Ce décret a été modifié le 7 avril 2007 pour tenir compte de la loi n°2006-686 du 13 juin 2006, relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire.
Le champ de compétences de l'IRSN couvre l'ensemble des risques liés aux rayonnements ionisants, utilisés dans l'industrie ou la médecine, ou encore les rayonnements naturels. Plus précisément, l'IRSN exerce ses missions d'expertise et de recherche dans les domaines suivants :
- Surveillance radiologique de l’environnement et intervention en situation d’urgence radiologique.
- Radioprotection de l’homme.
- Prévention des accidents majeurs dans les installations nucléaires.
- Sûreté des réacteurs.
- Sûreté des usines, des laboratoires, des transports et des déchets.
- Expertise nucléaire de défense.


Voir le site de la centrale nucléaire de Tihange
Voir le site de la centrale nucléaire de Doel



 
Recherche de news








 
Les news par secteur

énergie électrique


énergie nucléaire

énergie renouvelable

énergie thermique

énergie fossile

maîtrise de l'énergie électrique
 
Newsletter euro-énergie

Votre email :


 
Napec
 
Napec
 
Napec
 

euro-énergie © Atémys 2021 | Portail de toutes les énergies
actualité de l'énergie | annuaire de l'énergie | l'emploi de l'énergie | ressources